Groupe de recherche en énergétique humaine
   Accueil
Contact
Titre Tai Chi Chuan
 
Propos sur le Tai Chi Chuan par François Loutrel François Loutrel, responsable de l’enseignement ITCCA Montpellier Méditérranée, Propos sur le Taï Chi Chuan (éd. ITCCA Montpellier Méditerranée, 1999).

Le Taï Chi Chuan mène à une harmonisation du schéma corporel

On appelle «forme» du taï chi chuan (ou tai qi quan) l'enchaînement lent de cent huit mouvements qui composent une chorégraphie. Le taï chi chuan est à la fois un art martial, une technique de détente, un art énergétique, une pratique de santé et de longévité, un chemin vers l'accomplissement de soi. La pratique régulière du taï chi chuan équilibre les fonctions respiratoires, métaboliques, circulatoires, etc. Les tensions et le stress sont mieux gérés, le dos et les organes se trouvent renforcés. Tout le corps est «ouvert» à la conscience. Par l'attention aux sensations internes s'opère une harmonisation du schéma corporel.
L'absence d'effort brutal, de grade ou de compétition, la lenteur et une pédagogie progressive, dans la tradition d'une transmission de qualité, font du taï chi chuan une activité adaptée à tous, hommes et femmes de tous âges.




Un art martial interne

Discipline olympique depuis 2008, le taï chi chuan est un art martial interne chinois très ancien. Contrairement aux arts martiaux externes, qui utilisent la force musculaire pour repousser l'adversaire, ici seule l'énergie est agissante, mise au service de l'intention (le Yi) ; on ne pousse pas en force, on envoie l'énergie…
Le taï chi chuan, art martial interne par excellence, résulte de la connaissance de l'énergétique humaine acquise par les moines taoïstes et de l'intégration de ses principes spirituels et de santé à l'art martial externe (Kung Fu de Shaolin). Yang Lu Chan, ayant pratiqué longuement les arts martiaux chinois, aurait observé, au cours d'un combat entre un oiseau et un serpent, des liens entre le mouvement du Chi dans le corps de l'oiseau (l'énergie) et le Yi (l'intention) donnant toute sa vivacité au serpent.


Techniques de combat et pratiques de santé

L'enseignement et la pratique du taï chi chuan englobent des pratiques variées : formes spécifiques (forme Yin Yang, Chi form, forme de l'épée, forme du sabre, etc.), Qi Gong (Chi Kung), Yi Kong (Yi Gong), travail à deux, fighting form, exercices de santé taoïstes… Certaines de ces pratiques visent à intégrer la signification martiale des mouvements. D'autres consistent en un travail spécifique sur la circulation consciente du Chi (l'énergie vitale) dans le corps. Les Qi Gong des arts martiaux sont employés au service de la santé.


L'énergie interne

Le taï chi chuan permet d'accéder à l'énergie interne en libérant les tensions (émotionnelles, stress...). Cela se traduit par une autre façon d'être et d'agir, en perdant l'habitude de «faire» uniquement avec la force musculaire et la volonté, et en retournant à la spontanéité de l'enfance.


La philosophie du mouvement

Le taï chi chuan participe à l'alchimie de la vie, entre maîtrise et lâcher prise ; il ne se laisse pas enfermer dans les extrêmes et permet de dépasser les paradoxes. L'homme, entre ciel et terre, se rapproche peu à peu de son centre ; il en résulte une connaissance véritable de sa propre nature.

Vous avez aimé cette discussion, partagez-la sur vos réseaux sociaux préférés :
Haut de la page